le Parcours IEGB (nouvelle formule)

Pour rappel, IEGB ancienne formule donne naissance à deux nouveaux parcours RAINET (vers la recherche en biologie de la conservation)  et un parcours COM (Communication et Éducation à la Biodiversité).

Un Parcours IEGB est conservé, mais il oriente ses objectifs sur la gestion et l’expertise et étend son domaine vers les milieux aquatiques (le parcours BAEMT se transforme par ailleurs pour se recentrer sur la gestion et la production des ressources).

Master Ingénierie en Écologie et Gestion de la Biodiversité

Formation à vocation professionnelle, le Master IEGB forme des ingénieurs écologues généralistes (de niveau Bac+5), cadres en ingénierie de l’environnement, de l’écologique, de l’hydraulique (ressource en eau des zones humides et des bassins versants). Il prépare aux métiers de l’environnement faisant appel à une formation scientifique en écologie. Il forme les futurs cadres de l’environnement qui intègreront les dimensions écologiques, sociologiques et environnementales dans les programmes de développement durable, de préservation des ressources naturelles, de gestion holistique des espaces naturels, de réduction des vulnérabilités, de protection des populations aux risques d’inondation, d’aménagements et de développements dans un contexte de changements climatiques et globaux.

Une formation originale et unique en France

Seule formation du domaine ouverte à l’apprentissage en France, ce master fait la part belle à une pédagogie par projet :

  • Inventaire de la Biodiversité Communale (projet réalisé par l’ensemble de la promo de M1 GE)
  • Apprentissage de la gestion de projets en déployant des outils opérationnels sur les projets étudiants
  • Projets en entreprise (M2)
  • Projets par discipline en M2 IEGB (séquence ERC, modélisation hydraulique, GEMAPI, etc.)
  • COGITHON qui clôt la formation en février. Tous les M2 y participent avec d’autres parcours de M2.
  • Le Salon de l’écologie, unique en France, ce Salon est complètement organisé par les M2 GE. Visitez le site du Salon et venez vous renseigner sur la Formation à cette occasion.

C’est la seule formation du domaine qui demande aux étudiants de réaliser deux stages longs (4,5 mois en M1 et 5,5 mois en M2). Chaque année, tous les étudiants trouvent les stages de leur choix à l’aide d’un accompagnement individualisé et aussi grâce aux réseaux de la formation qui collectent un nombre considérable d’offres de stage.

Les débouchés professionnels sont variés et permettent de travailler au sein de :

Collectivités territoriales (services en charge de l’environnement, des espaces naturels, des milieux aquatiques, des inondations dans les conseils régionaux, les conseils généraux et les mairies), groupements d’intérêt public (les agglomérations, les communautés, les syndicats mixtes, les syndicats de bassins, les EPTB, les pays, etc.), les agences de l’Eau, services décentralisés de l’état (les directions départementales ou régionales de ministères) et établissements publics (les parcs naturels régionaux ou nationaux, les conservatoires d’espaces naturels, les organismes de recherche, etc.) ;
Associations et ONG dans les domaines de l’éducation à l’environnement, de la protection de la nature, du développement local et de l’aide au développement,  et du développement durable.
Entreprises en charge d’étudier l’impact des activités humaines sur l’environnement naturel, proposant des séquences ERC, réalisant des diagnostics, accompagnant à la réalisation de programmes de gestions des milieux aquatiques naturels et anthropisés et de prévention des inondations (Bureaux d’études), entreprises de formation/sensibilisation à l’environnement et au développement durable, entreprises du domaine des loisirs (éco-tourisme), entreprises impliquées dans les normes environnementales de type ISO14000, grandes sociétés d’équipement (BRL, CNR, SCP) etc.

Le Master IEGB c’est un réseau de 500 diplômés dont :

  • Justine Roulot, conseillère en charge de la biodiversité, l’eau et la mer au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire;
  • Xavier Ruffray, directeur de l’agence Biotope en Chine;
  • Laurent Scheyer, directeur adjoint du Parc National du Mercantour;
  • Thierry Lefebvre, chargé de programme des Aires Protégées à l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature);
  • Pierre Illac, directeur service environnement de Quadran-Energie Renouvelable;
  • Alice Saintvanne, directrice service environnement de NATURAE-Groupe LAMO;
  • Juliette Languille, chargée de mission « création, gestion et valorisation des Aires Marines Protégées de Polynésie française ».